Achetez vos places pour le Reims Jazz Festival

Sie befinden sich hier : Startseite > Actualités > Achetez vos places pour le Reims Jazz Festival

Teilen der Seite über das soziale Netzwerk

Verlassen
Rendez-vous incontournable des amateurs de Jazz, le Reims Jazz Festival revient du 6 octobre au 7 novembre 2015 pour une 22e édition qui s'annonce exceptionnelle.

VANKENHOVE/CAINE/BALLARD/BOISSEAU

Point of views

Alain Vankenhove, le plus lyrique des trompettistes de jazz français (Henri et Sébastien Texier, Marc Ducret, Jim Black) invite pour cette création des musiciens de renom international. C'est suite à sa rencontre et collaboration avec Uri Caine, pianiste virtuose new-yorkais (Les variations Goldberg, Plastic Temptation…), qu'il crée ce quartet franco-américain. Il monte ainsi une rythmique qui s'annonce rugissante avec Jeff Ballard (Ray Charles, Brad Meldhau) considéré comme l'un des meilleurs batteurs de jazz d'aujourd'hui et Sébastien Boisseau (Daniel Humair, Gabor Gado, Louis Sclavis) le plus européen des contrebassistes français... Un moment d’exception annoncé, qui nous révélera en direct le secret le plus caché de la musique jazz, "l’esprit libre".

Bild vergrößern

Mardi 6 octobre

20h30

Champagne G.H. Mumm

Agathe Jazz 4tet

Feeling Alive

Un envoûtement total, voilà ce qu’offre Agathe sur scène : son chant velouté et sa fraîcheur fulgurante n’ont d’égal que son incroyable présence scénique. Imprégnée de musique depuis son enfance, la jeune chanteuse franco-brésilienne est « découverte » à 14 ans, lors d’une master-class, par la jazzwoman new-yorkaise Sheila Jordan qui l’encourage alors à se produire. Dix ans plus tard, Agathe écume les scènes françaises et européennes et s’impose en digne héritière des divas du jazz. Avec Ella Fitzgerald, Betty Carter ou encore Sarah Vaughan comme référence, sa voix délicate et souriante tisse avec grâce et originalité un répertoire mâtiné de bossa nova. Dans son nouvel album Feeling alive, où se côtoient standards de jazz et créations, Agathe Iracema nous livre sa vision lumineuse d’un jazz moderne et intense, un courant musical d’aujourd’hui plus vivant que jamais.

Bild vergrößern

Jeudi 22 octobre

19h

Opéra de Reims

Vegan Dallas

Résidence

Vegan Dallas est né du fantasme de quatre musiciens entêtés par leur approche singulière de la composition collective, opiniâtres dans leur quête du sonore. Le quartet développe une musique qui fait appel à des idiomes lointains (Tibet, Bali, Touaregs) ou bien proches du périph’ parisien (sons urbains, mécaniques, résidus de bruits de moteurs...). Celle-ci se base sur des principes de transe anciens (Pygmée, Gnawa), ou très actuels (electronica 21st century). On pense aux sonorités de John Cage ou aux Sixens de Xenakis, mais également à la pop western, à l'indus antillais, à la musique électroacoustique… Voici un groupe à la lutherie inédite et surprenante : des instruments chinés, martelés, fabriqués, soudés, déstructurés évoquant un son familier dans notre univers commun et pourtant souvent éloignés de leurs origines.

Bild vergrößern

Vendredi 23 octobre

20h

Césaré

Michel Portal/Bojan Z

Duo

Un duo bouleversant de feeling et d’inventivité ! Singulier, éclectique, musicien avant tout mais échappant à toutes les déterminations, Michel Portal est une extraordinaire personnalité, aussi remarquable dans le répertoire classique que dans la création contemporaine. Dans le jazz, c’est un empêcheur de tourner en rond, un activiste de l’échange avec toutes les personnalités musicales possibles, sans cesse en train de chercher la rencontre qui le conduira en dehors des sentiers battus, en cassant toutes les formules et les clichés établis.

Pianiste d’exception, sideman se confrontant régulièrement aux meilleurs instrumentistes américains, puis aujourd’hui soliste à la carrière internationale, Bojan Z est tout aussi capable d’inventivité musicale subtile et délicate que d’une énergie musclée et d’un "drive" puissant. Leur collaboration paraît presque évidente, tant les deux hommes s’apprécient et se ressemblent. Tous deux inclassables, tous deux virtuoses, tous deux si totalement libres que seul le jazz pouvait leur offrir un terrain d’épanouissement artistique complet.

Bild vergrößern

Jeudi 29 octobre

20h30

Champagne G.H. Mumm

Sauer Erdmann 4tet

Special relativity

Une relation spéciale. Celle de deux générations de musiciens allemands, marquées l’une et l’autre par la figure d’Albert Mangelsdorff, figure historique du jazz d’outre-Rhin, décédé en 2005. Heinz Sauer l’a bien connu. Alter ego du maître dans le légendaire quintet de ce dernier au milieu des années 60, il est lui aussi l’une des pièces maîtresses du jazz allemand et européen. De son côté, Daniel Erdmann a depuis longtemps fait tomber les barrières nationales pour s’emparer d’un jazz qui parle aux nomades les plus attentifs aux bruissements contemporains, aux voyageurs sans cesse étonnés par demain.

Somme de relations spéciales, ce quartet ne cherche pas à rendre un hommage révérencieux à Mangelsdorff, il ramène sa musique sur le devant de la scène et, entre thèmes réarrangés et compositions nouvelles, salue une source toujours vive d’énergie et de musiques.

Bild vergrößern

Vendredi 30 octobre

20h30

Champagne G.H. Mumm

Musica Nuda

Son nom l'évoque, Musica Nuda c'est la musique mise à nu, l'art de déshabiller des œuvres musicales, qu'elles soient connues ou non, qu'elles appartiennent au répertoire lyrique, jazz, pop ou soul, pour n'en retenir que la substantifique moelle. C’est aussi l’art de réhabiliter le "silence musical", clé essentielle et si souvent oubliée de l’émotion. L'art enfin de se confronter avec complicité et humour dans une joute musicale sensible opposant deux extrêmes : une voix touchée par le ciel et une contrebasse génialement anachronique. Leur télépathie, alliage ou alliance de mots, se fonde sur un talent fou. Ils s’en prennent aux standards de la chanson comme au répertoire classique, et à chaque fois, changent l’or en toc, en plomb dans la tête. Bien sûr leur finesse, certes, leur virtuosité, mais cela tient surtout à leurs personnes et à leur drôlerie d’être. Leur terrain de jeu ? Les reprises décalées, hystérisées, formidablement renouvelées. De Monteverdi à Police en passant par Gainsbourg. Avec un art et un oubli de soi qui confondent.

Bild vergrößern

Samedi 31 octobre

20h30

Champagne G.H. Mumm

Joe Lovano & John Scofield

On se réjouit de cet alignement d’étoiles du jazz condensé dans cette soirée. Le maître de la guitare John Scofield et le magistral saxophoniste Joe Lovano, tous deux reconnus parmi les plus illustres pointures en leur domaine, se retrouvent pour une tournée internationale, plus de vingt ans après leur première collaboration. Ils ont écrit un chapitre de l’histoire du jazz. Partenaire de Miles Davis, Charles Mingus ou Billy Cobham, John Scofield a marqué de son empreinte cette musique par son style à la croisée du jazz-rock, du funk et du blues. Pilier de la mythique maison d’édition Blue Note, Joe Lovano est l’un des musiciens les plus prolifiques de sa génération : son œuvre atteste d’une profusion créative et d’une diversité d’inspiration rare. Tout au long de leur carrière, leurs chemins se sont régulièrement croisés, une collaboration toujours synonyme d’événement pour la planète jazz. Un concert qui s’annonce absolument incontournable, au cours duquel ils nous présenteront leur dernier album commun, servi par une rythmique d’exception (Ben Street à la contrebasse et Bill Stewart à la batterie), dont la sortie est prévue à l’automne 2015.

Bild vergrößern

Mercredi 4 novembre

20h30

Opéra de Reims

Mark Turner 4tet

Le nouveau quartet de Mark Turner est enthousiasmant. Il y a tout d’abord un son, clair et précis au service d’un phrasé toujours aussi original. La qualité des compositions évoquant aussi bien Lennie Tristano qu’Ahmad Jamal sans jamais paraphraser, met en valeur la sonorité de la trompette d’Avishai Cohen, qui forme avec le saxophoniste une ligne harmonique hypnotique, toute en finesse et sobriété.
La rythmique, précise et inventive de Joe Martin à la contrebasse et Obed Calvaire à la batterie complète parfaitement cette formation en offrant un contrepoint aux phrases des soufflants.
Lathe Of Heaven est une respiration, un point de vue passionnant et rafraîchissant sur le jazz contemporain. Turner signe ici une œuvre très personnelle avec un quartet à l’équilibre parfait, pour une musique qu’il faut se donner le temps de découvrir. Car ensuite, elle ne nous quitte plus.

Bild vergrößern

Jeudi 5 novembre

20h30

Opéra de Reims